Quotient familial, quelle réforme ?

Une part fiscale !

L’avantage fiscal lié au quotient familial ne bénéficie qu’aux personnes qui paient des impôts. Mais est ce si injuste que ça ?

Tout d’abord, cette façon de raisonner laisse croire que les personnes payant des impôts sont nécessairement des personnes privilégiées. C’est un peu trop caricatural. Les vrais privilégiés sont à la tête de fortunes qui échappent majoritairement à l’impôt. Et souvent, comme madame Bettancourt, ces privilégiés ne sont pas ou plus concernés par les problèmes de quotient familial.

Enfin, le quotient familial est plafonné à un revenu de 7,5 fois le smic pour un couple avec trois enfants.

La réforme sur le quotient familial doit être envisagée sans dogmatisme au risque d’être perçue comme une stigmatisation d’une catégorie de travailleurs plutôt aisés et souvent, ne bénéficiant pas d’autres aides sociales.

Le quotient familial n’est pas fait pour redistribuer la richesse des plus riches aux plus pauvres mais pour alléger le coût financier induit par les enfants. Une allocation financière que l’on verserait aux personnes non assujetties à l’impôt sur le revenu serait surtout utilisée à boucler les fins de mois souvent difficiles sans apporter de bénéfice direct à l’éducation de où des enfants.

Pour permettre aux parents d’aider vraiment leurs enfants, ouvrons un grand débat afin de réformer le système scolaire actuel avec deux objectifs prioritaires pour l’élève.

Tout d’abord rendre l’école plus égalitaire avec un service public de soutien scolaire obligatoire dans chaque académie.

Et puis rétablir la gratuité les études supérieures. Aujourd’hui, l’accès à la plupart des écoles post baccalauréat coûte plusieurs milliers d’euros par an.

Comment s’étonner, sauf à être hypocrite, que l’immense majorité des étudiants sont issus des milieux aisés. La vraie inégalité est là, et elle ne sera pas modifiée par un transfert d’une partie des avantages fiscaux vers les ménages les moins riches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *