Quelle surveillance de la Grippe en France demain ?

Les virus grippaux sont des invités qui viennent nos voir tous les ans à la saison froide. Extrêmement fidèle, la grippe ne dit jamais quand elle débarque, ni à combien de virus. Parfois même ces derniers se déguisent afin d’échapper aux défenses du corps humains voire aux médicaments antiviraux.

En France il existait depuis 30 ans un réseau de surveillance et d’alerte des infections respiratoires aigues nommé Grog. Ce réseau, constitué de médecins généralistes, de pédiatres, de pharmaciens et de médecins militaires, assurait un recueil de données cliniques et virologiques.

Unique en France, le réseau des Grog permettait aux autorités sanitaires de connaître précisément le début de l’épidémie (1) et son devenir tant clinique que virologique. Notre réseau a une structure juridique de type associatif (loi 1901). L’association existe grâce à ses membres constitués par l’ensemble des vigies à jour de leur cotisation. Chaque région est organisée au sein d’une coordination qui anime la période de veille en faisant l’interface entre les vigies, les virologues et la coordination nationale (distribution des kits de prélèvement, relance des vigies, transmission des donnés au niveau national). Pièce centrale du réseau des Grog, la coordination nationale, constituée de cinq personnes à temps partiel, transmet à l’InVS les informations sur les grippes fébriles, produit un bulletin hebdomadaire sur l’épidémie à destination des vigies et un bulletin plus grand public destiné aux médias. Enfin elle participe à de nombreuses études nationales et internationales sur les IRA et tout particulièrement la grippe.

Un deuxième réseau de veille sanitaire, le réseau Sentinelle, est présent sur le territoire. Avec pratiquement la même ancienneté que le réseau des Grog, il assure une surveillance de nombreux indicateurs sanitaires, actuellement huit qui sont les actes suicidaires, les varicelles, les zona, les oreillons, les diarrhées aigües, les urétrites, la maladie de Lyme ainsi que le contage des cas de grippes très fébriles. Non associatif et adossé à l’INSERM, son fonctionnement reste très Jacobin. Les données produites sont essentiellement statistiques.

Les deux réseaux semblaient complémentaires, le Grog pour les infections respiratoires aigües dont la grippe et Sentinelle pour une vision plus globale de nombreux indicateurs de santé publique.

Pour des raisons économiques de contraintes budgétaires, les autorités sanitaires représentées par la DGS (direction générale de la santé) et L’InVS (institut de veille sanitaire) ont décidé que le réseau des Grog, après avoir licencié la moitié de son personnel, devait rejoindre le réseau Sentinelle.

Notre association a dû réunir en urgence une assemblée générale le 28 mai 2014 au cours de laquelle une large majorité des membres de l’association ont refusé de fusionner avec le réseau Sentinelle. Les membres présents à l’AG ont reçu le projet de réseau unique comme un dictat imposé par la DGS et l’InVS.

Dans le monde du 24 septembre, un article “Alerte à la grippe en Europe “ nous rappelle que la grippe est une infection potentiellement très dangereuse. Cet article arrive à point nommé quelques semaines avant l’inévitable épidémie de grippe de cet hiver. Il pointe la gravité potentielle de la grippe. Cette tribune vient souligner la nécessaire vigilance que les pays européens doivent mettre en place.

Nos autorités sanitaires n’ont-elles pas hypothéqué une surveillance de la grippe efficace sur l’autel d’un concept aujourd’hui mis à toutes les sauces,

“Une meilleure efficience“ …

 

 

(1) En 2009, le réseau des Grog a permis de corriger la date de début de la pandémie H1N1, par erreur annoncée fin septembre devant une recrudescence de syndromes grippaux qui étaient en réalité dus à un rhinovirus, retrouvé dans nos prélèvements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *